Index de l'article

Témoignages.
Témoignage 2016.
Témoignage 2017.         Un chemin que certains font si souvent.
Témoignage 2018.

 

Ultreïa!Ultreïa! E sus eia, Deus adjuva nos!

 Par Cécile et Pierre.

Le Puy-enVelay-Saint-Jacques-de-Compostelle. Arles-Saint-Jacques-de-Compostelle.

 

Nous avons parcouru ensemble, à deux,  ce(s) Chemin(s) des Etoiles.

Un chemin où le corps est mis à l’épreuve; mais n’exagérons pas: après quelques jours d’adaptation cela devient un plaisir dans l’effort.

Un chemin, où les paysages et l’architecture vous rappellent la beauté de la Création.

Un chemin de rencontres: des pèlerins  en  marche, avec des motivations très variées, mais qui se retrouvent sur le chemin, pour vivre une aventure humaine, pleine de gaieté, d’amitié et de surprises. Pourquoi tant de nations différentes convergent ainsi vers le Saint Tombeau? Ce chemin a bien une âme!

Un chemin de liberté, de légèreté (malgré le poids du sac à dos).

Un chemin où l’on se pose (faute de se reposer) pour prendre du recul par rapport au quotidien; après quelques jours de marche, on oublie tout (ou presque car on songe aussi à manger et à dormir); on se cherche soi-même, c’est un regard en soi; mais c’est un chemin où la vie prend tout son sens!

Un chemin où l'on rencontre le Seigneur au fond de son coeur. 

Et vous dans tout cela, direz vous?
Nous étions heureux de faire ce parcours en couple, ensemble; tantôt la main dans la main, tantôt recherchant plus de liberté dans nos mouvements, ou plus d’indépendance et de recueillement dans la prière personnelle; mais nous étions en harmonie, au diapason.

Que de richesses dans nos rencontres, quand nous nous  côtoyons sur le chemin ou quand nous avons l’occasion de nous retrouver le soir, autour d’une tablée conviviale ou au cours d’une célébration eucharistique ou d’une bénédiction de pèlerins. Avec quelle spontanéité nous avons échangé sur notre culture, notre vie, nos joies et nos peines! Quel plaisir aussi de partager avec beaucoup de jeunes, si semblables dans leur cœur à nos enfants.

Nous nous  sommes  donné du temps pour rechercher les valeurs essentielles dans notre vie: les valeurs de  simplicité, de sobriété, d’acceptation de l’imprévu, du regard sur les autres nous ont interpellés. Nous avons découvert beaucoup de signes (comme Dieu sait nous en donner) d’humanité et d’humilité (la vie en dortoirs dans les «albergues» en est un exemple, car il n’est pas toujours facile de renoncer à son confort).





 Nous avons, dans cet espace hors du temps
, consacré beaucoup de  temps à la prière et à la méditation. La Vierge Marie était bien présente dans    cette démarche, elle qui est très vénérée sur le Chemin en Espagne.

 Dans cet espace de liberté et de sérénité, le  Seigneur nous a fait bien  des clins d’œil au cours de nos journées. Et le contact avec la nature  nous invite à rendre grâce. Cette parole, lue dans une des nombreuses  églises,  résonne encore  en nos cœurs: «N’ayez pas peur»! En avant! Le  Christ nous attend les bras ouverts. Il a besoin de nous pour changer ce  monde, mais à partir de notre changement personnel!

 Beaucoup d’émotion aussi à l’arrivée à Santiago, aboutissement de nos  efforts, symbole de cette humanité partagée, reconnaissants à Saint  Jacques, La Vierge Marie et à notre Dieu Trinité.

 




Prière du Père Antoine
qui bénit Alix de Saint André, auteur du livre «En avant, route!»:

            Dieu tout puissant,

            Tu ne cesses de montrer ta bonté à ceux qui t’aiment
            Et tu te laisses trouver par ceux qui te cherchent,

Sois favorable à tes serviteurs qui partent en pèlerinage.

Dirige leur chemin suivant ta volonté:

Sois pour eux un ombrage dans la chaleur du jour,

Une lumière dans l’obscurité de la nuit,

Un soulagement dans la fatigue,

Afin qu’ils parviennent heureusement sous ta garde

Au terme de leur route.

Par Jésus le Christ, Notre Seigneur.

 

Amen!

 

 

 


Témoignages.
Témoignage 2016.


Un témoignage par l'image d'une visite individuelle à Rome en Octobre 2014 de paroissiens de La Colme.

 Par Odile et Luc.


  
                                          Audience papale du 29.10.14, François.



 

 

 

 

                                        
  Simplicité de la tombe de Paul VI.           

 

 

Saint-Pierre de Rome, 2000 ans d'histoire.

 

                                                                                     Musée du Vatican, Tapisserie du 15ième siècle faite à Bruxelles.
                                                      Prouesse des tisserands: que vous soyez à gauche, au centre ou à droite, le regard du Christ vous suit en permanence.

 


Témoignages.
Témoignage 2016.


Camille, peux-tu te présenter et nous dire pourquoi tu es allée à Lesbos?

Je m'appelle Camille Grujon , je suis steenoise, je débute un master de Pratiques et Politiques des Organisations internationales à Sciences Po Grenoble. Je m''intéresse particulièrement à la résolution des conflits armés et aux déplacements de population et flux de réfugiés.

En août 2014 j’ai passé 3 semaines en Jordanie pour travailler avec des associations d’aide aux réfugiés. Principalement avec Dar al Yasmin http://www.daralyasmin.org, mais aussi Collateral Repair Project http://www.collateralrepairproject.org

J'ai souhaité renouveler cette expérience en consacrant de mon temps à un problème qui touche particulièrement deux villes où je vis (Istanbul en Turquie et Calais en France). Une collecte de fonds renforce toujours un engagement humanitaire, à plus forte raison si cet engagement est de court terme. J'ai donc collecté des fonds et viens de passer dix jours, dans l'ile de Lesbos, à participer à l'accueil des réfugiés très nombreux qui viennent dans cette ile. 

Etant sur l’île une semaine de mauvais temps, certains jours ont été calmes en termes d’arrivées. Cela m’a permis de vaquer entre différentes associations.

Quelles sont ces associations ? Sont-elles proches les unes des autres ? Travaillent-elles en bonne entente ?

J’ai travaillé avec deux associations aux buts similaires mais à l’idéologie différente sur les plages du Nord : Lighthouse, une association humanitaire et Platanos, une communauté anarchiste, toutes deux créées par des habitants de l’île au mois d’Octobre 2015. A quelques mètres l’une de l’autre, elles coopèrent et s’entraident de bonne volonté. A l’arrivée, les bénévoles donnent des vêtements secs, du thé et un peu de nourriture aux réfugiés, puis ils sont emmenés dans un camp de transit avant de rejoindre le camp d’enregistrement de Moria.

Tu as aussi travaillé dans ce camp d'enregistrement, à Moria ?

J’ai travaillé dans le camp « extérieur » de Moria, qui est en fait un champ d’olivier sur lequel s’installent les réfugiés lorsque le camp d’enregistrement à proprement parler ne peut plus les accueillir. L’association Better Days for Moria loue ce camp à un cultivateur et y a installé une tente d’informations, un centre médical, des tentes de distribution de vêtements et de nourriture, et un jardin d’enfants. Depuis le nettoyage, jusqu’au tri des vêtements en passant par l’accueil des réfugiés, j’y ai travaillé 4 jours.

Les réfugiés restent-ils à Lesbos ?

Après l’enregistrement qui est géré par le Haut Commissariat pour les Réfugiés des Nations Unies (HCR), les réfugiés doivent acheter un billet de ferry pour Athènes, dans la capitale de l’île, Mytilène. Lors de mon séjour le départ d’un ferry a été retardé par la météo, les réfugiés ont dormi une nuit dans un bâtiment désaffecté dans l’attente du ferry suivant. Nous y sommes allés pour nettoyer et leur apporter nourriture et vêtements.

Quels sont les moments qui t’ont particulièrement touchée ?

J’ai assisté à l’arrivée d’une embarcation sur la plage, j’ai vu en descendre des gens pleurant de peur et de soulagement. J’ai changé les vêtements de quelques enfants de cette embarcation. Mais ce ne sont pas ces scènes d’émotions dont je veux vous parler.

 

Je souhaite vous partager un autre moment. Durant le nettoyage et la distribution de vêtements dans le bâtiment désaffecté du port, plusieurs réfugiés nous ont apporté leur aide. Travailler avec ces personnes qui avaient dormi dans un bâtiment désaffecté à la toiture trouée, et les voir soudainement s’arrêter pour embarquer dans un ferry vers l’inconnu, est ce qui m’a le plus rapprochée des réalités âpres de leur fuite.

C’est une évidence à dire et pourtant il est difficile d’imaginer ce que ce doit être d’aller, pendant plusieurs mois, d’endroits inconnus en endroits inconnus, parfois inhospitaliers, ayant toujours à l’esprit les inquiétudes d’un tel voyage. Sans repos, sans répit, durant des mois.

 

Je l’ai ressenti un instant, alors que ce jeune homme qui m’aidait à distribuer des vêtements m’a dit « Je m’en vais, mon ferry est là, je pars en Allemagne ! »

 


Témoignages.
Témoignage 2016.

Par Françoise, avril-mai 2015 pèlerinage d' Israël.

 

       Pèlerinage de fin Avril début Mai 2015 en Terre Sainte basé sur l'amitié avec M. l'Abbé Lecroaert.

Bethléem, Nazareth, Banias, source du Jourdain, le lac de Tiberiade, Caphanaüm, Césarée, Hébron, le Jardin des Oliviers, Jérusalem, le Golgota, le Saint Sépulcre, nous avons marché sur les pas de Jésus. En écoutant la Bonne Nouvelle, en méditant, nous avons essayé d'intégrer le message d'Amour, de Joie et d'Espérance enseigné dans notre vie quotidienne.

       A Banias, lieu de Baptème de Jésus, au Jardins des Oliviers, lieu de prières et d'enseignements, dans Jérusalem lieu bien connu de Jésus, nous avons prié
pour la paix entre les Hommes et les Peuples
. Nous avons offert nos joies et nos souffrances. Nous avons demandé l'aide de Jésus pour une meilleure compréhension de son enseignement. Nous l'avons remercié pour l'Amour dont il nous a comblé.  Par sa Mort sur la Croix et pour notre rédemption son Amour n'a pas d'égal. Pèlerinage, source de vie

 

Le Groupe de pèlerins où une amitié s'est renforcé     

avec ce vécu commun.                       

       
Merci à Motti, notre guide pour l'apport Historique et Archéologique qu'il a donné à notre pèlerinage.

Merci à tous ce que nous avons rencontrés, prêtres ou laïcs, qui nous ont fait réfléchir sur la difficulté de « Vivre Ensemble » en harmonie avec nos Fois et les contraintes que cela entraine.

 

       Des points noirs, ceci est un avis personnel:

·        le mur - les colonisations- les agresseurs palestiniens ou juifs qui luttent sont à l'encontre d'une recherche de négociation de Paix.

·        La Palestine avec l'eau, l'électricité en quantité restreinte, la régulation du débit du Jourdain, sont à la merci du bon vouloir d' Israël. A quand la négociation d'un Traité équitable entre les deux Pays ?

·        Deux Etat en guerre dont le devoir est de trouver la Paix et de vivre en bonne intelligence....

·        Je suis admirative des progrès agricoles industriels réalisés par Israël dans une région désertique. Mais pourquoi ne pas travailler ensemble ?

 

Il faut apprendre le respect de l'autre, la tolérance, le respect d'un contrat,  ...