Index de l'article

Le pape François publie "la joie de l'amour" un texte particulièrement attendu sur le mariage et la famille. Il évoque longuement et avec un certain lyrisme les "joies" de l'amour humain.

Un texte éminemment pastoral qui, sans trancher sur la situations délicate des divorcés remariés, laisse la porte ouverte au discernement de chacun et des pasteurs.

Accédez au texte intégral en cliquant ici.


 

Pascale Vidal est psychologue et psychanalyste, en libéral, et en pédiatrie. Elle enseigne au sein de la faculté de médecine de Montpellier. Au Centre Sèvres - Facultés Jésuites de Paris, elle donne un cours intitulé "Le discours de l’Eglise sur la sexualité et la vie affective. Racines anthropologiques et ouvertures pastorales". Pascale Vidal est mère de famille nombreuse, engagée dans différentes activités pastorales du diocèse de Montpellier.

Qu'est-ce qui vous marque dans la forme et le ton du pape François dans La joie de l'amour ? 

La tendresse, la tendresse et encore la tendresse ! Le mot est utilisé une vingtaine de fois dans l'exhortation. Le pape François parle à la première personne, y compris lorsqu'il évoque le couple (§ 126).  Il nous parle de façon très proche. Il nous décale par rapport à nos attentes (est-ce bien ou mal, permis ou défendu ?) pour nous renvoyer à nous-mêmes, à notre questionnement intérieur. "Où en es-tu ?", nous demande-t-il avec beaucoup de douceur. Il nous pousse à nous interroger avec tendresse, à être tendres avec nous-mêmes car Dieu est tendre avec nous. En bon jésuite, il nous invite à discerner notre disposition intérieure et fait appel à notre liberté intérieure, sous le regard d'un Dieu qui nous aime. Voilà tout ce qui importe ! Les interprétations de la doctrine seront multiples jusqu’à ce que "l’Esprit nous conduise à la vérité entière", nous dit-il dès le premier chapitre. 

Quels thèmes vous marquent ? 

Le texte est très dense. Il y a matière à réflexion à propos de la famille, du couple, du mariage, de la sexualité, de l'engendrement, de la fécondité, de l'éducation des enfants... Le pape nous dit de prendre le temps de le lire en fonction de notre situation (couples, agents de pastorale) et de nos centres d'intérêt (§ 7). Il met les familles et l'amour au centre de l'Eglise : "l’Église est une famille de familles" ( § 85). Il présente le visage d'un Dieu qui ne condamne pas mais s'invite à notre table pour instaurer un dialogue qui nous ouvre sur un apprentissage, et un cheminement avec Lui, toujours en progression. Car, à la fin, nous serons jugés sur ce que nous aurons fait de notre liberté. Ai-je écouté la loi de Dieu qui parle à mon cœur, qui interroge mes talents, et qui ne me condamne pas ? 

Qu'est-ce qui vous étonne ? 

Son courage quand il nous invite à commencer par une autocritique concernant les "mal-dits" de l'Eglise (§ 36) en matière de survalorisation de la procréation, de manque d'accompagnement des couples, d'un idéal abstrait du mariage. En matière d'éducation des enfants, il pousse un véritable "coup de gueule". Il y consacre une dizaine de paragraphes et pointe l'abandon affectif, éducatif et spirituel dont sont victimes les enfants. Il aborde la question de la sexualité (§ 147-159) par un biais peu commun dans le magistère : l’érotisme ! Il consacre trois paragraphes pour réexpliquer pourquoi la sexualité des époux n’est pas et ne peut pas être l’objet de mépris. Elle est source d’émerveillement et d’embellissement pour les époux. Le mariage est un don du Seigneur qui inclut la sexualité :"Ne vous refusez pas l’un à l’autre", rappelle-t-il en citant saint Paul (1 Co 7,5) (§ 72, 154). Le pape dénonce les manipulations et violences dont la sexualité peut être l’objet y compris dans le mariage. Elle doit être objet de conversation entre les conjoints (§ 151). La sexualité est l’occasion d’apprendre à recevoir et non pas seulement à donner. Sa manière de dénoncer tout relativisme, sans jugement, rappelant constamment l'amour de Dieu, tout en restant si proche et si "tendre" nous donne à réfléchir !

Recueilli par Gilles Donada.

(Lu sur le site www.croire.com )