Imprimer

Horaire des messes.
Les annonces de la semaine.
Messe du dimanche, Lectures et Evangile.

 

Bergues, dimanche 2 février 2020 à 10h30

 

 

Aujourd’hui c’est la présentation de Jésus au Temple.
C’est ce que l’on appelle la fête de la lumière ou encore communément la Chandeleur.

En cette fête de de la présentation, Joseph rend grâce à Dieu en lui présentant son enfant.

 

Joseph fait une offrande à Dieu.

 

Un questionnement: Aujourd'hui toutes les jeunes femmes sont-elle prêtes, elles aussi, à présenter leur enfant à Dieu ?

Dans cet Évangile, les parents de Jésus respectent la loi.
Pensons, aujourd’hui à construire cela par le sacrement du Baptême.
Offrir son enfant pour qu’il reçoive le Baptême, c'est aussi le présenter à Dieu
C’est une manière de reconnaître ce que nous recevons de Dieu.
C’est aussi une marque de reconnaissance.

C’est le rôle de Jésus que de transmettre la lumière.
La fête de la Lumière réchauffe.
La lumière peut aussi déranger ceux qui sont dans l’obscurité.
La lumière du Christ peut aussi déranger ceux qui sont dérangés dans leurs moments d’égarement.
La lumière c’est l’occasion de rencontrer Dieu.

La lumière c’est comme ce vieillard qui au temple en voyant Jésus se met à chanter.
Comme il a vu la lumière il dit : «  Je peux partir en paix ».
Essayons donc de soigner nos rencontres même si elles sont fortuites.

Amen.

 


 

Bergues, dimanche 26 janvier 2020 à 10h30


Question à l’assemblée:
Quand entendons-nous habituellement ce texte du livre du prophète Isaïe ?
Je vois que certains savent.
Oui nous l’entendons habituellement le soir de Noël.
Ce 1er texte c’est un peu comme pape François qui dirait : « Savoir chérir les périphéries ». Et nous en avons bien besoin en ce moment.


Le 2ième texte, celui de Paul nous conte déjà les nombreux problèmes au sein de l’Eglise dès ses débuts.
Déjà à l’époque l’Eglise est divisée.
Paul a pas mal de problèmes avec sa communauté de Corinthe.
Il a déjà fort à faire.
La division de l’Eglise est donc très ancienne.
Ici chacun s’attache à l’homme et c’est humain que de s’attacher à l’homme.
Mais Paul appelle à dépasser cet attachement et il appelle tout homme dans le monde partout où il se trouve à travailler à l’unité des chrétiens et à s’attacher en Christ.
Saint-Paul nous fait comprendre l’universalité de message chrétien.

Quant à l’Evangile, nous retrouvons Jean Le Baptiste avec cette voix si forte.
Mais Jean Le Baptiste est en prison.
Non, il n’a pas volé dans caisse, il a simplement dénoncé qu’un tel a pris la femme d’un autre. Et c’est pour cela qu’il est en prison.
Quand il apprend cela Jésus se rend à Capharnaüm qui est un lieu qui à l’époque n’est pas du tout chrétien.
Capharnaüm est ce nom repris dans langage courant pour y décrire le chao.
Jésus y va pour y prêcher l’espoir là où il y discorde.
Il y va pour montrer la lumière.
Cet appel qu’il lance vaut aussi pour nous, pour nous afin que nous transmettions son message aux périphéries, là où il n’est pas porté.
Jésus ne se retire pas à Capharnaüm en solitaire, il y va pour élargir le groupe des Chrétiens.

Dans la suite de l’Evangile, en appelant ses premiers apôtres, Jésus forme le gouvernement de l’Eglise.
Jésus n’est pas allé loin pour former son gouvernement.
Il prend les gens là où ils sont, là où ils vivent et comme ils sont.

Amen.



Messe du dimanche, Lectures et Evangile.

 

Crochte, samedi 4 janvier 2020 à 18h

 

 

Par Père Guy de Hem près de Roubaix.



Père Armel m’a demandé de le remplacer ce soir et c’est avec joie que je suis parmi vous.

Nous fêtons en ce jour l’Epiphanie.


La liturgie de ce jour fait apparaitre de nouveaux personnages dans nos crèches, celles de nos maisons et celles de nos églises.
Mais nos crèches ne sont pas complètement conformes aux textes de ce jour et en particulier à l’évangile.

Au début il y a Marie et Joseph, puis Jésus et les anges puis les bergers et enfin aujourd’hui les mages.

Dans l’évangile, on ne nous dit pas combien de mages il y a, ni comment ils se nomment, ni s'ils sont rois.
On nous a pourtant dit qu’ils étaient trois et on a même donné un nom aux mages à savoir
Melchior, Gaspard et Balthazar.
On nous dit aussi qu’ils sont rois : rois mages.
On leur donne même une race, une couleur.

Pourquoi 3 mages ?
Il s’agit en fait d’une correspondance entre le nombre de présents offerts à Jésus qui sont au nombre de trois : l’or, l’encens et la myrre.
L'or pour un roi, le Christ.
L'encens, pour célébrer une divinité, un Dieu
La myrre, en présage de sa mort et de son embaument

Pourquoi sont-ils rois alors que l’évangile de le dit pas non plus ?
La réponse est à mettre en relation avec le premier présent offert à Jésus : l’or.
Rois car dans la première lecture il est fait référence à la richesse, à l’or, aux Nations donc à leurs représentants les rois.
De même dans le psaume réapparait les Nations, donc les rois.

Pourquoi sont-ils blanc, jaune et noir ?
Car il est question de Nations dans la première lecture et dans l’évangile.
Car il est question d’universalité dans la fête de l’Epiphanie.
Le Christ est venu pour toutes les nations, sans distinctions de race, de couleur ni de religion.
Le blanc représente les peuples européens, le jaune représente le chinois et l’Asie dans son ensemble et le noir représente l’Afrique.
Christ est venu pour tous, pour toutes les nations, pour toutes les Eglises et même si dans nos églises nous sommes tous bien différents, il est là pour chacun de nous.
La France porte un peu ce message d’universalité, de diversité, de multi cultures et de vivre ensemble malgré les différences de toute nature et les difficultés du quotidien: richesse, religion, …

Le message de l’Epiphanie, c’est ce message d’ouverture, ce message d’ouverture et de tolérance à l’autre car c’est dans la diversité que nous sommes les plus riches.

Amen.