Imprimer

Horaire des messes.
Les annonces de la semaine.
Messe du dimanche, Lectures et Evangile.

 

Crochte, le 9 novembre 2019 à 18h00.

 

 

 

Comme je le disais en entrée de célébration, le maître mot de ce soir c’est la Résurrection.

La première lecture, qui est du livre des Martyrs d’Israël, est un texte que nous n’avons pas souvent l’occasion d’entendre.
C’est un texte dur où la barbarie est reine.
En présence de leur maman, les sept frères ne vont pas renier la loi que leur a transmis leur père. Malgré la douleur, ils continuent de faire face et de croire.

De même dans l’évangile de ce jour, il est encore question de Résurrection.
Qu’est ce que la Résurrection ?
C’est le jour où nous quitterons notre enveloppe charnelle pour rejoindre Dieu.
Comme il est dit dans l’Evangile de Saint-Luc nous seront en quelque sorte des anges.
Il n’y aura plus d’homme et de femme qui feront des enfants comme nous le connaissons dans le monde où nous vivons.
Nous serons devenus des esprits.
Comme les sept frères gardons foi.
La vierge Marie au pied de la Croix a souffert la mort de son fils comme la maman des sept frères. Et elle a gardé le silence.

 

La foi, c’est elle qui nous pousse à être ce que nous sommes, à faire ce que nous faisons.
C’est elle qui nous permet de croire en la Résurrection.

Moi qui ait vu la guerre dans mon pays, je peux vous dire que lorsque l’on vous dit « Donne moi ton argent où je te tue », vous le faites car votre corps tremble de partout.
Les sept frères malgré la douleur n’ont pas cédé.

 

Ils ont appliqué leur foi.

Dans la deuxième lecture, Paul appelle à prier.
Il appelle une autre communauté à prier pour lui.
Et nous prions-nous pour autres ?
Prions-pour nos voisins, pour nos connaissances en difficulté.
Pour moi, prêtre il est simple de prier pour les autres.
Je lis, pour cela, les intentions de prière.

Alors sachons prier pour les autres.
Et si nous ne trouvons pas les mots, allumons une bougie pour les autres ou encore faisons dire une intention de messe pour eux, pour nos proches.

 

 

La Résurrection, c’est ce que notre foi nous porte à croire.



Amen.

 

 



Socx, Samedi 27.09.19

 

 

Nous venons d’écouter la parole du Seigneur.

Le maitre mot de ce week-end, c’est la prière.
Est-ce que ce mot veut encore dire quelque chose aujourd’hui pour nous ?
M’arrive-t-il encore de prier ?

Dans la première lecture c’est la prière du pauvre qui persévère tant que Dieu ne lui a pas répondu.

 

Dans la deuxième lecture, nous avons une autre forme de prière.
C’est la prière de Paul qui va être jugé.
Paul sait que ce jugement peut le conduire à la mise à mort ou simplement être relâché.
Qui serait aujourd’hui capable de prier, comme Paul, pour son bourreau ?
Je sais qu’un tel ne pas assisté, mais suis-je capable de demander à Dieu de ne pas le condamner ?

 

L’évangile de ce jour met en scène 2 hommes :
- un pharisien qui connait la loi, un homme généreux qui remplit toute ses obligations, un homme qui dit « Je ne fais pas partie des autres… ».
Mais ce pharisien pêche car il est orgueilleux.
N’est-ce pas notre tentation du dimanche, nous qui respectons la règle de participer à l’office dominical ?
Dans notre prière il faut être humble.
- un publicain qui collecte l’impôt.
A cette époque sa réputation n’est pas bonne.
Il n’ose même pas lever les yeux vers le ciel.
Sa prière est honnête. Elle est humble.

 

Prière honnête pour le pharisien mais prière orgueilleuse.
Evitons d’être orgueilleux.
Soyons humble dans notre prière comme l’est la prière du pauvre.

 

 

Amen.