Index de l'article


Pitgam, samedi 21 décembre 2019
.

4ième dimanche de l’Avent.    



Cette semaine, j’ai dû attraper froid et voilà que ma voix m’abandonne.
Pas facile en cette veille de Noël où il y a tant à faire, une célébration de funérailles tous les jours de la semaine, 5 messes le jour de la veillée de Noël, …
Je m'inquiète.
Priez pour moi, afin que la voix me soit redonnée rapidement.

 

Que dire de 4ième week-end de l’Avent ?
On a longtemps attendu, mais la rencontre va enfin avoir lieu.
Durant les précédentes semaines de l’Avent nous avons surtout vu le visage de Jean-Baptiste.

Aujourd’hui c’est le visage de Joseph et Marie qui nous ait présenté.
Mais avant cela revenons à un autre visage : celui de ce jeune roi de 20 ans nommé Acaz.
C’est un roi de Jérusalem.
Il a dû faire face à tous ceux qui veulent sa chute et ils ne manquent pas.
Isaïe nous indique qu’un signe est demandé à Dieu.
Et pourtant ce jeune roi a même consulté les rois païens.
En ce temps difficile on lui demande de se tourner Dieu, se tourner vers Dieu plutôt que les idoles.

Dans l’Evangile, Joseph, cet homme mystérieux.
Toute son âme va vers l’Eglise.
Joseph est un homme bon.
Il a une jeune épouse qui lui dit : « Je suis enceinte ».
Il sait que cela n’est possible alors il envisage de la dénoncer.
Il sait qu’à cette époque, le châtiment est la lapidation.
Un ange le visite dans son sommeil et lui recommande de ne pas faire cela.
Dieu l’a visité.
Au lieu de renvoyer sa femme, la répudier, il propose de la garder chez lui sans rien dire.
C’est un exemple pour nombreux de nos couples contemporains en difficulté.
Renvoyer Marie, c’est laisser parler la voix de la colère.
La garder à la maison c’est appliquer la parole de Dieu.
Nous sommes invités comme Joseph à prendre Marie chez nous.


Amen.