Index de l'article

Messe du dimanche, Lectures et Evangile.


Bierne le 09.02.19 à 18h.

 

Bonjour à tous.


Y-a-t-il dans l’assistance des personnes qui touchent au monde des malades, des personnes au service évangélique des malades ?
Merci de vous lever.
Madame, mes sœurs, au nom de l’Eglise, au nom de l’Humain, Merci pour votre présence parmi nous.
Ce week-end est le week-end mondial de la santé.
Nous savons tous combien la santé est importante.
S’il n’y a pas de santé, cela devient obscur.
Un grand merci à vous pour tous nos malades.


Je reviens maintenant à la parole d’aujourd’hui.
Tout d’abord un 1er texte d’Isaïe.
Isaïe à ce moment-là a 20 ans.
C’est le temps des bêtises.
Pardon pour les jeunes dans l’assemblée, si je dis cela.
Dieu appelle Isaïe à annoncer sa parole.
Une question pourquoi faisons au cours de l’office 3 fois le geste de la Croix ?
Une petite croix sur le front afin d’éclairer mon intelligence.
Une petite croix sur la bouche afin d’éclairer la parole car nous devons reconnaitre que parfois nous avons des lèvres impurs.
Une petite croix sur le cœur afin d’éclairer notre bonté, car parfois nous en manquons.
Dans la 1ère lecture, conscient de son indignité face à la sainteté de Dieu, Isaïe a peur.
Isaïe se reconnait pécheur et hésite à assumer la mission que Dieu lui confie.
Voici ce qui l’encourage à accepter la mission que le Seigneur lui confie.
La démarche du jeune Isaïe est une démarche de confession que nous avons malheureusement perdue aujourd’hui. Pourtant la meilleure réponse à l’appel du Seigneur et de nous présenter à lui, tels que nous sommes, comme des êtres aux lèvres impures et Dieu nous donnera la possibilité de devenir des tuyaux par lequel sa parole va transiter.

 

Dans la 2ième lecture, la lettre de Saint-Paul nous parle de la transmission.
Qu’est-ce que j’ai appris ?
Jésus mis à mort est vivant.
C’est la nécessité de la tradition.
Il nous faut continuer de transmettre cette tradition.
Dans la 2ième partie, Paul témoigne comme Isaïe de ce qu’il était.
Il a persécuté l’Eglise, mais il a changé.
La conversion lui permet de quitter un monde pour passer à un autre.
Il passe du mal au bien.


Dans l’Evangile que nous connaissons bien, Simon et les autres ont passé la nuit à pêcher.
Mais ils n’ont rien attrapé.
Cet Evangile c’est la pêche miraculeuse.
Jésus dit à Simon, jette le filet là.
Simon lui réponde : « Sur ta parole, je vais le faire ».
C’est là que s’accomplit le miracle.
Simon a cru en la parole de Jésus, il a jeté le filet.
Jésus lui dit ensuite « Avance au large ».
Au large loin de la terre ferme, là où il y a les vagues, là où c’est un peu plus difficile.
Jésus nous invite à quitter nos certitudes.
Avancer au large pour passer au-dessus des vagues.


Soyons comme :
- Isaïe qui reconnait ce qu’il est
- Paul qui transmet la tradition
- Simon qui croit et suis Jésus.

 

Amen.