Horaire des messes.
Les annonces de la semaine.
Messe du dimanche, Lectures et Evangile.

 

Bierne, Samedi 30 novembre à 18h


1er Dimanche de l’Avent.

 

Avec le début de l’Avent, nous entrons dans une nouvelle Année.
C’est l’occasion de se souhaiter une Bonne Année.

Nous entrons dans une nouvelle année liturgique et passons du livre C au livre A. 

 

Les 3 textes de ce jour comportent un même mot, le mot Attente.

La nouvelle année début par l’attente.
L’attente de celui qui va venir.

C’est un peu comme aux premiers jours des fiançailles.
Le fiancé avant de se rendre à la gare, dans l’attente de la venue de sa belle prépare sa maison.
Il fait le ménage, met un peu d’ordre pour recevoir celle qu’il attend.

Lorsque moi-même je reçois les copains à la maison, je mets un peu d’ordre.
Bien souvent la table est encombrée de nombreux livres, mais je les range pour recevoir les amis dans les meilleures conditions.
Je range mes livres même si je sais qu’il faudra les ressortir après leur passage. Mais je le fais.


Le temps de l’attente c’est aussi celui de la veille, celui du guetteur. Par exemple, malheureusement, nous avons tous entendu parler des dealers, vous savez ce qui  font trafic de la drogue. Ils organisent leurs affaires et veillent à ne pas être surpris.
Dans la bande il y a toujours un guetteur.
Il guette, regarde partout et voit ce qui se passe autour de lui.
Il ne se laisse pas surprendre.

Dans le temps de l’Avent, soyons attentif, ne nous laissons pas surprendre comme cela se passe dans les textes de ce premier dimanche de l’Avent.

Guettons.
Regardons autour de nous, soyons attentif à notre voisin dans le besoin, dans la difficulté.

Dans le temps de l’Avent, le prêtre que je suis, vous propose le sacrement de la Confession.
Sacrement aujourd’hui un peu tombé dans l’oubli.
C’est pourquoi il vous est possible de vous confesser durant ces quatre semaines.
La Confession, c’est un peu comme la poussière, qui est tombée sur ce meuble devant moi dans cette église, qu’il nous faut de temps en temps nettoyer.
Si nous passons notre doigt sur la poussière et y laissons notre nom et revenons deux mois plus tard, notre nom est toujours présent au milieu de la poussière.
Faites en l’expérience à la maison.
Je sais, certains paroissiens préfèrent se confesser auprès du curé d’une autre paroisse.
Certains vieux paroissiens, me diront : « Vous savez Mr le curé, à mon âge on ne fait plus trop de bêtises ». Certes.
Mais, la Confession c’est l’occasion de dépoussiérer les choses en moi.


Comme Marie qui en ce début d’année a répondu présente au plan de Dieu dans l’attente de son arrivée, soyons donc attentif afin de ne pas nous laisser surprendre.

Bonne année à tous.

Amen.