Index de l'article

L'équipe de denier en charge de la collecte sur la paroisse St Bertin St Joseph de la Colme.
L'équipe en charge des finances de la paroisse St Bertin St Joseph de la Colme.
Messe du dimanche, Le mot de l'abbé Armel.


Bergues, dimanche 10 mars 2019, 10h30.

 

Il y en a certains qui vont se dire « Oh là là, … On n’est pas sorti. Avec la remise de l’aube à Annabelle notre nouveau servant d’autel, avec le baptême, je vais avoir du mal à être à l’heure pour le repas et lancer le four à temps ».
Rassurez-vous, la messe va se terminer à l’heure. Promis.

En ce temps de carême, n’attendez pas que je vous dise ce que vous devez-faire.


Aujourd’hui dans la première lecture, il est question d’offrande.
En ce temps de lancement de la campagne du Denier de l’Eglise, on me demande de faire un petit rappel.

L’Eglise ne fait appel qu’une fois par an à votre générosité pour faire vivre ses prêtres et laïcs engagés au service de l’annonce de l’Evangile.
Offrande ?
Autrefois on parlait du panier du curé.
Yvonne préparait le panier du curé pour la semaine et demandait à Yvette de se charger du panier suivant qui elle-même demandait à Simone de penser à celui de la semaine d’après.
Le panier du curé comportait ce qu’il fallait en termes de victuaille pour la semaine.
Bien sûr aujourd’hui on ne vous demande plus cela.
De même aujourd’hui le prêtre a 25 intentions de messe par mois à 17€.
Je vous laisse faire le calcul, cela fait si je compte bien, mais je ne suis pas très fort en mathématique, 425€ par mois.
Avec cela on ne peut pas vivre.
Par le denier, on donne au prêtre le complément pour lui permettre de vivre.
Aujourd’hui le nombre de donateurs chute dangereusement.
Le renouvellement de génération ne se fait pas.
Il n’y a pas assez de jeunes donateurs.
Je vois qu’il y a des jeunes dans l’Eglise. Pensez aussi à donner au Denier pour permettre aux prêtres de remplir leur mission. Parlez-en autour de vous. C’est important.
Tout Don, aussi petit soit-il est aujourd'hui vital.

Dans le texte de ce jour il est donc question d’offrande.
En ce temps de carême, pensons-y.


Dans la 2ième lecture, il nous faut nous dire : « cela ne sert à rien de se dire être croyant, si l’on ne vient jamais à la messe le dimanche, si l’on ne vient jamais écouter le parole du Seigneur ».
Si je suis croyant, je dois pouvoir l’annoncer.